L’idée, au delà du fait que la toile de jute est un matériau extrêmement solide, qui plus est écolo, elle est un très bon support de création.

Mais elle est bien plus que ca …

Elle est un souvenir de voyage inestimable.

En effet, lors d’un voyage en Inde dans une région que les indiens appellent eux même « God’s own country », c’est-à-dire Le Pays de Dieu, dans le Kerala, région du Sud, nous avons pris chemin dans nombreuses ruelles inondées de couleurs et sommes tombés sur une boutique d’épices. Je vous entends vous dire « oui en même temps quoi de plus normal en inde qu’une boutique d’épices .. !!».

Oui peut-être ! Mais celle-ci cachait un vrai trésor.

Je dois ouvrir une petite parenthèse avant de continuer et avouer que les derniers mois précédant le départ, une intuition ou une impression me tenait au corps. Je sentais au fond de moi que je ramènerai quelque chose qui allait transformer, comme un tremplin vers des projets inconnus.

Cette boutique qui ne payait pas de mine de l’extérieur était en fait un entrepôt ou étaient stockés et envoyés a l’export le gingembre et le poivre.

D’abord le poivre qui séchait à même le sol et de jolies petites dames qui au milieu de plusieurs amas tamisaient le gingembre ,et des sacs, des sacs et encore des sacs de jute. Je n’en croyais pas mes yeux.

J’ai fait la liste en quelques secondes comme un éclat d’inspiration de tout ce que je pouvais faire avec. Et depuis ce moment de grâce divine, je vis jute, je mange jute, ma famille dort sur la jute et je vous en passe des meilleures. !!!!!!!

Ce fut âpres un arrangement avec le big boss au cigare chez qui les intérêts de la vente d’un pauvre petit sac de jute trainant par terre n arrêtait pas d’augmenter au vue des minutes qui défilaient.

Bref, j’ai eu mon sac, j’ai même choisi l’impression en pochoir que je souhaiter voir dessus.

C’était énormissime de repartir avec un trésor pareil. En saluant le grand patron et la pochette de sa chemise blanche dans laquelle i l venait de fourrer la moitié de notre budget holiday, nous avons pu lire dans ses yeux «  Non mais !!.... un sac de Jute ! et tout ca pour un sac de jute ». Je pense que c’était la première fois que des touristes lui demandait si on aurait pu en obtenir un container ou même tout simplement un !!

De cette histoire, a découlé tellement d’idées, de projets, de travail, de nuits blanches, de bobines, mais surtout de rouleau de jute. Et a chaque fois que je manipule cette matière, je pense au fond de moi « quelle incroyable cohérence entre cette création et ce que j’ai vécu là-bas.